galerie 1

Goicoechea : Visite guidée d’un atelier au sommet de son art …

Toute personne qui flâne à Saint Jean de Luz, aura repéré l’imposante maison Louis XIV dans laquelle le Roi séjourna, en mai 1660, lors de son mariage avec l’infante d’Espagne.

C’est au rez de chaussée de cette magnifique bâtisse, que j’ai découvert pour la première fois la maison Goicoechea et ses superbes créations.

En passant devant ce point de vente qui s’apparente davantage à une galerie d’art, j’ai été impressionnée par la taille de ces poteries, leurs formes et leurs effets extérieurs… et surtout j’ai été intriguée par les marques de cordage à l’intérieur !

Donc pour en savoir plus, je vous emmène visiter la manufacture à Ossès…

En route pour la visite de la manufacture à Ossès …

Sur ce site, on peut découvrir l’ensemble de l’activité de l’entreprise : une grande exposition des produits de jardinerie traditionnelle, une superbe galerie avec de belles pièces et un parcours très pédagogique au cours duquel on vous explique les différentes étapes de fabrication. Et en plus, des espaces vitrés qui permettent d’observer les salariés au travail.

Donc une visite vivante & un espace moderne bien agencé.

C’est sur ce site que je rencontre Maitena & son frère Inaki qui perpétuent la tradition familiale.

La maitrise du métier de A à Z …

La maitrise de la matière première

L’entreprise possède le droit d’exploitation d’une carrière d’extraction en pays basque espagnol, au Sud de la Navarre qui garantit la qualité de l’approvisionnement en terre.

L’argile extraite est soumise aux intempéries pendant 1 an, ce qui permet à la matière organique de se décomposer et d’obtenir une parfaite élasticité.

La terre est nettoyée, parfois du manganèse peut être ajouté pour obtenir une teinte grise.

L’argile préparée arrive en pain pour être travaillée à Ossés.

Une structure de bois et de corde

structures en bois

C’est le charpentier de la maison qui va créer une armature en bois composée de 30 à 80 pièces qui vont s’assembler en fonction de la forme de poterie voulue.

Autour de cette structure en bois, de 10 à 100 mètres de cordes seront enroulés.

Généralement, les poteries à la corde sont de grosses pièces.

Le corps en bois est posé sur un tour et sur un socle en argile qui formera le fond du pot. Pendant que la structure de bois encordée tourne, on va projeter manuellement de la terre, c’est la technique impressionnante et surprenante du « lancé ». Force basque exigée, car la terre est compacte !

La future poterie est ensuite façonnée par un gabarit qui va permettre de lisser l’extérieur du pot.

Au gré des envies de ces artistes, l’extérieur va rester lisse ou ils vont utiliser différents matériaux pour créer des effets extérieurs : galets de rivière, branches d’acacias…

Le temps du « désencordage »

Après avoir retiré la charpente en bois, on place les poteries dans une partie de l’atelier dédiée au séchage. Pendant une semaine, au fur et à mesure du séchage la corde est retirée puis les poteries sèchent encore 3 semaines à un mois.

Chaque pièce est signée.

Puis, une petite quarantaine d’heures de cuisson seront nécessaires. Les poteries sont délicatement installées et c’est le four qui se déplace.

L’émaillage

Pour une finition émaillée, le pot passe par la cabine d’émaillage et par une nouvelle cuisson pour que les émaux révèlent leurs couleurs.

Ce qui est impressionnant sur l’émaillage c’est le travail à l’aveugle ! Les émaux ne révéleront leurs couleurs que lors de la cuisson donc pas facile de se repérer !

C’est vraiment une belle visite autour de ce savoir-faire !


Ce que j’ai aimé :

  • La créativité autour du naturel, vous découvrirez les impressionnantes jarres à vin par exemple.

  • La technique impressionnante du lancé de terre.

  • Le coté pédagogique de la visite que l’on peut faire en famille. Un bel espace avec des produits accessibles à différents prix.

  • Le lieu : le village artisanal compte d’autres savoir-faire (comme les espadrilles Don Quichosse), un fabricant de vin local … Donc un arrêt sympathique sur la route de Saint Jean Pied de Port.

J’attire votre attention :

  • Vous n’observerez pas la technique du « lancé » au cours de la visite mais la fabrication de l’activité traditionnelle des poteries de jardin.


Rester dans le pays basque et Lire :

Les espadrilles Don Quichosse à Ossès et Mauléon

Ona Tiss à Saint Palais


J’ai aimé cet article :

Je souhaite apporter un commentaire à cet article

Je m’abonne au blog

Retour à la page d’accueil


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *