A la découverte de la haute joaillerie parisienne des années folles

A la découverte de la haute joaillerie parisienne des années folles

4 novembre 2019 3 Par christelle

Une exposition à l’Ecole des Arts Joailliers Van Cleef & Arpels c’est toujours un moment magique !

Donc, c’est avec plaisir que je partage avec vous cette très belle balade à la découverte des créations de bijoux des années folles issus de la Maison Lacloche & Frères que nous propose la sixième exposition de l’Ecole des Arts Joailliers.

A travers une soixantaine de pièces d’exception l’exposition remet en lumière cette entreprise familiale qui a aujourd’hui disparu, mais qui a brillé sur la Haute joaillerie française et internationale de 1892 à 1967.

Une visite gratuite et  une belle occasion de mieux connaitre  l’Ecole des Arts Joailliers  située à quelques pas de la place Vendome.

Bracelet articulé en platine et diamants taillés en brillants, en baguette et en marquise.

Quelques mots sur l'histoire de la Maison Lacloche

Pendentif 1903 diamants, rubis, platine et or

En 1890, Léopold  Lacloche ouvre sa première bijouterie à Bruxelles. 

Deux ans plus tard, il s’installe avec son frère Jules  à Paris dans le 9ieme arrondissement.

En 1901, la Maison Lacloche & frères rejoint ses confrères prestigieux en ouvrant au 15 rue de la Paix à deux pas de Cartier (13 rue de la paix). 

Une alliance heureuse avec le joaillier renommé Gompers permettra aux frères Lacloche de rayonner sur belles stations balnéaires en vogue à l’époque  : Trouville, Nice, Monaco, Aix les Bains… puis  : Biarritz, Cannes, Nice… 

1925, la consécration ...

La Maison est séléctionnée pour représenter la Haute Joaillerie Française au Grand Palais lors de l’exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes qui se tiendra d’avril à octobre.

On remarquera particulièrement le travail des frères Lacloche sur les fables de La Fontaine. C’est un pendentif où le corbeau tient dans son bec un diamant jaune qui remportera le Grand prix ! Cette pièce n’est pas présentée dans l’exposition mais  ce bracelet (ci contre)  en rubis suiffés, diamants, onyx et platine figurait sur le stand de l’époque.

La joaillerie comme témoin d'une époque ...

L’exposition met en avant la diversité des pièces créées par ces joailliers : poudriers, nécessaires de beauté, boites à cigarettes, montres bracelets, pendulettes … 

Nécessaire de dames 1925. Email, corail, lapis-lazuli, diamants, perle et or.

Boite à cigarettes 1923/1925 en nephrite avec motifs en platine & diamants.

1922 Howard Carter découvre la tombe de Toutankhamon

Pendants d’oreilles

Jade, diamants & Platine

Mais également l’ingéniosité des créations : beaucoup de pièces sont articulées (bracelets, broches), des tours de cou pouvant devenir bracelets, une montre cachée sous franges … 

Une parure frange avec cette montre cachée en or rose, or jaune & cabochons d’émeraudes et de diamants

Bracelet manchette Or jaune, blanc, argent et cabochons en corail.

Photo Catalogue des ventes de la Maison CRAIT+MÜLLER (bracelet adjugé  166 320 € ).

De l'audace !

En 1954, le joallier est le premier à lancer son parfum baptisé N°1. 

Cette miniature, réplique du modèle commercial, en verre incolore pressé moulé entièrement laqué or avec capsule en laiton, a été vendu aux enchères par la Maison  Lombrail Teucquam.

De la haute joaillerie à l'art contemporain ...

1967, Jacques Lacloche ferme définitivement la bijouterie et se tourne vers l’art contemporain. Il ouvre une galerie rue de Grenelle et se lance dans l’édition design.

L'Ecole Van Cleff & Arpels

S’il vous reste un peu de temps, dans ces mêmes locaux vous pouvez  découvrir  L’Ecole des Arts Joailliers. Une visite que je vous recommande fortement.

Un parcours d’une trentaine de minutes vous conduira dans les ateliers. Soutenue par la Maison Van Cleef & Arpels, la vocation de ce lieu ouvert à tous (conférences, formations sans pré requis !) est de diffuser la culture joaillière.

Une belle façon de de mieux connaitre les métiers de la joaillerie, leurs techniques et de leurs Savoir-Faire.

Exposition du 23 octobre au 20 decembre 2019, entrée libre du lundi au samedi 12h à 19h. 31 rue Danielle Casanova, Paris 1er.

Et avant de vous quitter je ne résiste pas à mon envie de vous montrer ma pièce préférée ce bracelet manchette  années 30 en diamants et platine !

Pour le prochain post, nous partirons à la rencontre d’un diamantaire.

A bientôt…N’oubliez pas de laisser un commentaire !