Du luxe dans l’accessoire… Chez Dandurand & fils,  on bichonne toujours à la main…

Du luxe dans l’accessoire… Chez Dandurand & fils, on bichonne toujours à la main…

1 avril 2019 0 Par christelle

Voici une entreprise comme je les aime : Une belle histoire de famille, de la passion & un savoir-faire qui  donne des produits d’exception…

Cap sur l’ouest de la France, direction La Vendée … Me voici à Fontenay le Comte pour visiter l’atelier Dandurand et fils, manufacture de couvre-chefs et de belles casquettes depuis 1834 !

Un héritage familial de 5 générations :

 

Wilfried Guilment-Dandurand, a appris le métier de sa maman, il reprend l’activité familiale en 2006.

Un bel héritage, qu’il a fallu préserver d’un contexte économique assez hostile !

Wilfried investit sa sœur Agathe responsable du site Dandurand, et s’occupe du développement du groupement d’ateliers et d’artisans D’art : le Groupe Partson.

Le gout du beau, la perfection c'est l'ADN de cette entreprise.

Ils évoquent volontiers le souvenir de leur grand-père, très attaché à l’extrême qualité des produits. « le luxe se trouve dans le moindre détail, y compris dans les cartons d’emballage ». C’est ainsi que chacun dans l’atelier semble avoir hérité de ce souci de perfection.

Pas étonnant que l’entreprise attire et fidélise très vite les grandes maisons de luxe françaises.

La maison Dandurand travaille essentiellement pour ces clients prestigieux et exigeants, mais l’atelier développe également sa propre marque « Torpedo » qui a vocation de produire des collections capsules et limitées…

Petit tour de l’atelier pour approcher ces belles casquettes et peut être percer quelques secrets…

La visite démarre par le bureau de développement


C’est ici qu’arrivent les demandes des grandes marques, elles sont transmises au modéliste qui exécute le patronage. Autrefois, le patronage s’effectuait sur cartons. Aujourd’hui, cette étape est informatisée.

Grace à son savoir-faire l’entreprise peut répondre à toutes les demandes de ses clients, parfois iconoclastes… La modiste s’inspire d’un modèle ancien ou du croquis d’un styliste.

Généralement, les clients prestigieux réalisent eux mème le sourcing de matières (lainage,  agneau ou plus rares pour des défilés : python, crocodile, autruche !)

Les pièces de tissus découpées vont être placées dans des bacs, certaines passeront par une étape de broderie, de marquage à chaud… avant d’être assemblées.

L'assemblage

Ces pièces vont passées par les mains expertes de chaque artisan, parfois juste pour une « petite » couture, toujours dans le souci du moindre détail !

En moyenne, UNE VINGTAINE de pièces pour une casquette !

Alors se succèdent :

  • Confection de la calotte,
  • Coiffe,
  • Le secret : Le bichonnage à la main des calottes, sur des formes en bois pour que chaque couture soit impeccablement placée,
  • Assemblage des bords,
  • Assemblage des pattes de réglage,
  • Mise en place de la visière,
  • Couture  de la Marque,
  • Montage final,
  • Contrôle qualité,

Le geste est maîtrisé. aucun pli ne doit subsister, le rendu doit être parfait !

Le couvre-chef délicatement posé sur un papier de soie attend de revenir une dernière fois au bichonnage. La casquette posée sur une forme en cuivre chauffée au gaz va être tendue pour prendre tout son éclat…

Il faut compter UNE HEURE pour une casquette « classique » et bien plus pour les pièces uniques !

 

Puis, c’est le départ de l’atelier !

Ensuite, délicatement emballée, la casquette quittera un jour l’atelier, pour Paris et ses maisons de haute couture, pour les grands magasins ou pour la garde robe d’une clientèle prestigieuse.

Ce que j’ai aimé :

  • Forcement ces superbes casquettes !
  • Cette sympathique rencontre avec ces artisans passionnés de leur métier,
  • La belle idée de Wilfried Guilment-Dandurand de créer le groupe Partson qui regroupe des ateliers  de savoir-faire  d’exception autour de la Mode « Made in France »… et qui va me donner l’occasion de découvrir d’autres belles Maisons comme Marie Pirsch !

 

L’entreprise n’est pas ouverte à la visite, mais vous pouvez la découvrir à travers ce reportage (cliquez sur ce lien). 

Bonne visite.

IMG_0220_edited_edited
Christelle & Agathe