Musée de la brosserie Saint Félix (Oise)

Si vous aimez le savoir-faire français, l’ambiance des ateliers de fabrication restés authentiques, il faut absolument vous rendre au moulin de la brosserie de Saint Félix dans l’Oise !

Installé sur la vallée du Thérain entre Méru et Creil, le moulin est une véritable machine à remonter le temps qui propose un incroyable voyage dans un atelier de brosse du 19eme siècle.

Près de 130 personnes travailleront sur ce site qui reste vivant grâce aux bénévoles de l’association « les amis du moulin de Saint Felix» et aux propriétaires, passionnés d’histoire du patrimoine industriel, qui maintiennent ce lieu exceptionnel ouvert une partie de l’année.

Tout au long de la visite, on découvre les étapes de la création d’une brosse manuelle, on se replonge dans les conditions de travail de l’époque. 

Un patrimoine exceptionnel avec l’eau du Thérain comme force motrice…

On pénètre dans ce musée par un premier bâtiment qui était un moulin à blé à l’origine (fin 15eme, début 16eme) et qui conserve sa roue à aube en fonctionnement lors des visites.

Dans le bâtiment principal, qui abrite l’atelier on découvre un exceptionnel régulateur de Watt mis en place en 1840, qui gère le débit de la vanne.

L’atelier fonctionne donc grâce à la force hydraulique. Quand la machine est lancée, la production peut démarrer…

Les étapes de fabrication : de la matière première au produit fini...

De la soie de sanglier (sur la photo ci contre), aux matières plus récentes …

Du façonnage de la forme, au perçage des formes en bois… ou en os pour les brosses à dents !

Le perçage

Le «perçage» est vertical et le «contreperçage» est réalisé dans la longueur de la brosse. Ce dernier permet d’effectuer le «montage» une à une des touffes de poil appelées «loquets». La sélection des soies de sanglier, pour les brosses à cheveux, en quantité très précise pour assurer un résultat final de qualité, est particulièrement impressionnante.

Le montage

Les soies sont ensuite égalisées. Si vous souhaitez en savoir plus sur le métier de brossier d’art ce point cliquez sur ce lien vers l’Institut National des Métiers d’Art.

 

Le montage dit « à l’anglaise », nous montre le fil de nylon doublé inséré dans les trous de contreperçage. Ce travail était souvent réalisé à domicile par des femmes à l’aide d’un long crochet. Elles fixaient le loquet puis tiraient le fil afin de bien mettre les poils en place.

(schéma de la fédération française de la brosserie)

On reconnait ce montage traditionnel manuel car une fois les rangs garnis, les trous de contre-perçage sont bouchés, à l’époque, à l’aide de jonc ou d’os.

La commercialisation

La visite est centrée sur la production c’est vrai, mais elle s’achève sur ces devantures et ces objets publicitaires que je trouve exceptionnels !

Après la visite vous pouvez passer à la boutique actuelle qui propose des brosses à cheveux fabriquées localement par l’entreprise Altesse Fournival (Mouy), des brosses à dents de la brosserie française sous la marque bioseptyl et des brosses à chaussures Desjardins. Trois entreprises qui perpétuent le savoir faire de la brosserie dans l’Oise.

Ce que j'ai aimé :

 

  • Le lieu « dans son jus » tout est authentique : du générateur watt qui alimente les différents postes de travail à l’échoppe.

  • La passion et le dévouement des propriétaires et de l’association des amis du moulin de la brosserie qui font vivre ce lieu sympathique.

  • On peut boire un verre au bord de l’eau après la visite, la boutique comprend un petit bar.

  • Très bonne visite avec des enfants.

Attention

  • Consultez les jours et horaires d’ouverture sur le site :  le moulin est ouvert le premier et le troisième dimanche de chaque mois d’avril à octobre. Deux visites sont organisées : 15h et 16h30.

  • L’accès, ne vous découragez pas certains chemins sont moins carrossables que d’autres (selon moi il est préférable de tourner au centre du village)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *